Hervé LOUAIL dit "DARLOU", sculpteur et plasticien

Cette fois-ci, rencontre avec un artiste français, Hervé Louail, dit "Darlou", installé en Camargue...

 

Artisan d'art, ébéniste-sculpteur et doreur sur bois... Darlou a longtemps oeuvré à la restauration d'objets d'art ou de mobilier. Une merveilleuse école, tant du point de vue technique que culturelle, qui lui a donné envie de sauter le pas et créer son propre univers créatif. La pierre, et notamment la découverte de la pierre du Gard, calcaire tendre, sera l'élément déclencheur. 

 

Pierre, béton, résine, bois, métal, DARLOU sculpte différentes matières avec délicatesse et simplicité. Il décline avec tendresse et humour un petit personnage tout en rondeurs, qu'il appelle "Barnabé" devenu l'élément emblématique de sa création. Ce personnage au visage à peine suggéré et pourtant très expressif est devenu l'élément emblématique de sa création.

 

Hervé expose en France et en Belgique. Il a participé récemment à une résidence d'artistes en Chine et il expose dans des salons prestigieux comme le "Salon d'Automne" ou le "Salon national des Beaux-Arts" à Paris.

 

Pour en savoir plus sur Darlou, nous vous invitons à visiter son site web, pour découvrir ses inspirations : www.darlou-sculptures.com

Une vidéo très intéressante également à regarder ou Darlou raconte son travail, sa passion, ses inspirations... 

 

L'art Zimbabwe SHONA

Les sculptures d'art Shona en serpentine sont des pièces uniques taillées par des artistes au Zimbabwe. Elles sont sculptées dans la Stéatite qui est le nom générique de minéraux tels que la Serpentine, Pierre à savon, etc...

L'art Shona, dont l'origine vient de la tribu Shona, évoque la famille, la foi et les valeurs sociales et spirituelles. Les artistes sculptent aussi bien des œuvres figuratives qu’abstraites selon leur inspiration du moment et toujours de manière intuitive.

Longtemps oublié ou délaissé, dans les années 60, après et malgré maintes difficultés, sous l'impulsion de Franck Mc Ewen, l'art africain Shona prend tout son essor. Il met en exergue l'art existant, incite et convainc les artistes à se remettre à créer, et promeut cette création à travers le monde Anglo-saxon  pour atteindre son apogée dans les années 90. L'art Shona est à présent exposé dans toutes les galeries d'art du monde. Le public est toujours surpris de la richesse des artistes Zimbabwéens. Il faut savoir que le nom Zimbabwe qui se dit en Ndebele : dzimba dza mabwe, signifie : grande maison de pierre. Le Zimbabwe est certainement le pays ou la concentration d'artistes sculpteurs est la plus importante au monde. 

Plus de liens pour découvrir l'Art Shona 

http://www.serpentinegalerie.com/fr/

Quelques vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=zOjw9XarEUY

https://www.youtube.com/watch?v=NdiVLDPSOJQ

https://www.youtube.com/watch?gl=SN&hl=fr&v=46YR0g_nwCM

 

Découvrez également ci-dessous en vidéo le travail de l’artiste zimbabwéen Zachariah Njobo.

 

"The big wave" de Jean-Michel Othoniel

Après Henrique OLIVEIRA et ses formes végétales en bois de Tapumes, voici une oeuvre monumentale de l'artiste sculpteur Jean-Michel Othoniel (exposée tout récemment au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole), qui ne laisse pas indifférent.

Inspiré par le tsunami au Japon, en 2011, Othoniel a conçu une vague monumentale en briques de verre. 

Quelques chiffres sur "the big wave" (la grosse vague) : 10 000 briques de verre soufflé, 6 mètres de haut, 10 mètres de large, 25 tonnes, 2 ans de travail !

 

A découvrir ci-dessous en vidéo et 2 articles à lire, le premier retraçant l'histoire de cette sculpture  à lire sur leparisien.fr dans la rubrique culture ; et le second extrait du site web de la Région occitanie, présentant une exposition à Sète. 

 

 

L'institut Giacometti ouvre à Paris

L'Institut Giacometti vient d'ouvrir ses portes à Paris, au coeur du quartier de Montparnasse.  Les visiteurs peuvent découvrir les oeuvres de ce célèbre sculpteur suisse dans l'intimité d'un petit hôtel particulier Art déco et notamment la reconstitution de son atelier, dans lequel il aura passé près de quarante ans et dont chaque élément, des murs à son chevalet, ont été soigneusement conservés. 

Toutes les informations sur www.fondation-giacometti.fr

et sur www.fondation-giacometti.fr/fr/institut

 

Article et vidéo à voir sur le site de france info TV en cliquant sur le lien suivant culturebox.francetvinfo.fr